Comment bien choisir un couteau de survie ?

Que vous soyez déjà un condottièrelégendaire ou encore un débutant qui est avare de sensation forte ; pour vos diverses aventures, il est préférable d’avoir en main des fourniment sac commodés à tous les genres de situation qui peuvent se présenter ; surtout d’un canif de survie qui peut vous être de grand aide et toujours utile. Il ne faut quand même pas le trier n’importe comment ou à la hâte mais bien prendre le temps pour éviter de se duper et plaindre par la suite. Dans cet étude, on va vous guider en vous démontrant les critères à prendre en compte pour être sure de faire le bon choix en matière de couteau de survie, et les variétés de modèle disponible ne nous simplifie pas la tâche. On espère que cela va vous être très utile durant toutes vos prochaines escapades.

La lame : un fondement capital

La partie de base et le plus fondamental d’un coutelas est sa lamelle sans elle, elle ne sert à rien ; il est assurément primordial de bien l’estimer.Avec les différents types de tranchette que je vais vous présenter, il est ardu de s’y retrouver ; on a les forgées, souples, rigides, mince, large et découpée. Notamment, deux points entre en considération qui est la soie de la lame et l’archétype de métal.

Pour la première, elle se définit par l’allongement de sa lamelle dans le manche et son épaisseur; pour plus de précision, son aptitude demeure dans sa longueur donc votre recueil doit avoir une soie plus élancée et consistante pour qu’elle puisse résister aux coups durs.

Et pour la seconde qui est le fer, 3 options sont vacant : la céramique, l’alliage et l’acier ; pour ses deux derniers, quelques paramètres est indispensable tels que la consistance pour avoir une idée de la propriété de coupant et sa dureté à la corrosion, la ténacité à la casse et l’inoxydabilité. Référez vous toujours sur les indications suivantes pour évaluer les paramètres qu’on vous a cité avant, le taux de carbone doit être élevé pour signifier que la qualité de coupe est excellent ; et le taux de chrome pour résister à l’usure. Concernant la céramique, il faut vraiment se garantir que la matière est pure jusqu’à 95 %, au-delà de cet expertise, elle se détériore vite ; il y a également la marque, favoriser celle qui est déjà spécialisés dans le domaine. Toutefois, il est impossible d’éviter sa détérioration si on ne prenne pas certaines précautions lors de son utilisation donc il est à esquiver de tailler des os ou des nourritures tout droit sorti du congélateur, tout comme son exposition à la flamme. Pour son affilage, il est fortement préconisé d’employer un aiguiseur spécialisé qui sont à vendre n’importe où.Plus la fonte est tenace, plus son tranché est permanent mais il est vulnérable, donc il faut se méfier grandement des solidités dominantes, considéré juste comme un argument publicitaire auprès des individus novices.

Set of Kephart Knives in Ironwood

Le couteau helvétique ou ce qui sont spécifique ?

Si vous ne prévoyez pas pour un usage particulier, un hachoir multifonction fera très bien l’affaire c’est-à-dire le modèle suisse ; pourtant, sachez que cette option n’est pas recommandé pour un emploiement régulier et persisté, du fait que ce genre est destructible. Ses impuissances sont dues à son niveau de manche et de son appui qui se ramollit à cause de ses actions d’ouverture et de fermeture multiples. Pour faire court, il n’est pas durable sans la prise de ses précautions.

Par contre celui qui est spécialisé, est exactement comme son nom le montre ; il est destinéà un maniement remarquable et fréquent. Avant son emplette, il est indispensable de définir à l’avance sa destination.

La taille du dispositif

Si vous envisagez une sortie en forêt ou dans un lieu sauvage, il vous faut un couteau avec une étendue minimale de 35 cm et en même temps, vos devez vous référer aux normes internationales en vigueur.

Le budget à prévoir

C’est l’élément décisif de tout achat, on a tendance à penser qu’un produit cher équivaut à une bonne qualité et c’est exact avec ce cas. Pour une application répété et habituel, il vaut mieux songer à un investissement conséquent sinon des dizaines d’euros suffit amplement. Dans la généralité des choses, les machettes de survie valent dans les 20 à 110 EUR.

Le confort de la manette

Si on compare les principes crucials, ce point arrive détienne la deuxième place.L’aisance d’utilisation est prise en compte et c’est normal ! Donc la matière de fabrication de la poignée doit être étudié avant car c’est ce qui définit son bon grip, une bonne figure et une structure adapté.

Le manche du couteau

Pour ceux qui ne le savent pas, c’est l’interface qui se trouve entre la main et la lame, il est souvent sous estimé pourtant sans lui, elle ne vaut rien parce qu’on ne peut pas la tenir directement par la plaque tranchant. Afin de simplifier votre manoeuvrage, favorisez ceux qui sont équipés des vastes manches qui encombrent bien votre main. Elle est maniable quand elles sont façonnées  à partir des plastiques caoutchoutés puisqu’elle ingurgite les vibrations ; en revanche, ceux qui sont en bois sont charmants mais il glisse tout le temps. Ses plaquettes doivent être immobilisés par 3 vis pour sa stabilisation et au cas où l’un de ses vis se brise, elle reste figé et commode. Il doit obligatoirement étaler une cavité pour insérer une lanière qui va permettre l’exécution de deux méthodes de coupe ; et doit se terminer par un bombage léger à l’arrière pour l’empêcher de filer dans votre main.

Le couteau de survie est une arme qui sert à beaucoup de choses et qui peut vous être utile lors de vos escapades en lieu hostiles, on espère que notre guide a su vous assister pour accomplir le bon choix.